Le grand serpent

10999994_613286652139509_1028696344_o

J’ai fixé le grand serpent,

Je lui ai chanté sa musique,

J’ai écouté ses sifflements.

 

J’ai tué le grand serpent,

Tué sa musique,

Étouffé ses sifflements.

 

Il n’est plus qu’une ligne molle, un regard plat, une onde figée,

J’ai écrasé le mouvement, la danse damnée du grand serpent.

J’ai pris son corps en écharpe, étoffe froide et mouillée,

Comme une corde autour du cou, de mon souffle fatigué.

 

J’ai tué le grand serpent, et son corps mort m’a étouffé.

Ses anneaux sur mon cou nu,

Changeant mes cris en sifflements,

Mon chaos en musique,

Mon corps en ligne molle,

Et froide, et mouillée.

 

Mon regard reptile te juge et transforme.

 

Tu as fixé le grand serpent,

Tu lui as chanté sa musique,

Tu as écouté ses sifflements.

 

Tu as tué le grand serpent,

Tué sa musique,

Et mon corps froid et mouillé change tes cris en sifflements.

Oskar Kermann Cyrus (texte) & Tangerine (illustration)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :