La beauté des rêves

Te souviens-tu ma Reine du soir où nous avons trinqué
à la beauté des rêves?
C’était un soir où il neigeait et la neige sur nous ne semblait pas tomber
sans fondre.
Une force, en nous, naissait
Un feu, une fièvre, une onde.

Te souviens-tu ma Reine du soir où nous nous sommes aimés?
Sans un mot, sans un baiser
pourtant sans peine.
Et la neige semblait ne tomber que pour toi
Et tes yeux comme deux flammes qui brillaient devant moi.

Te souviens-tu ma Reine du soir où nous nous sommes quittés?
Confiants, ravis, vides et légers
comme toutes ces pétales sibériennes
qui s’envolaient dans l’air ce soir là.
Mais la neige déjà annonçait tout, ma Reine.
Mes yeux ne voyaient pas
Oui, la neige déjà annonçait tout, ma Reine.
mes yeux ne voyaient pas les brûlures prochaines

Le Dilettante

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :