Big Jet Plane

1524964_1443043742578152_896089355_n

Drôme

bddrome

Lucy M

En vérité je suis nu

11016753_10204655279034523_775610779_n

En vérité je suis nu Je suis complètement nu Je n’ai pas vraiment de vêtement autre que ma peau et rien d’autre pour écrire que mes doigts et rien d’autre que mon corps pour écrire avec mes doigts

La vérité c’est que je me suis endormi et dans un rêve brumeux j’ai vu avec mon corps avec mes mains aux doigts tendus J’ai vu en vérité un géant stoppé net dans sa course de géant Des structures inédites faites d’acier et de néons au phosphore aveuglants En vérité je me suis brûlé le bout des doigts en essayant de les écrire

Il y avait dans le brouillard des ombres qui déboulaient près de moi j’aurais pu les toucher en tendant la main j’aurais pu les écrire Ils fusaient comme des balles perdues sans me voir j’étais nu je suffoquais Respirer le brouillard c’est pas possible et il fait froid et le sol tombe la terre s’effondre et je suis nu C’est la vérité c’est ce que j’ai vu

Le sol s’est effondré et je suis tombé sur une chaise le plastique colle à ma peau nue du bas des fesses aux omoplates Mes doigts sont là et s’agitent et je veux retracer mon rêve il m’échappe je perd je perd La vérité coule entre mes doigts et je ne peux plus la toucher et déjà je ne suis plus nu ma peau ne colle plus au plastique plus de tâches sombres sur mes rétines Oublié en vérité les néons comment ils ont brillés Je sais que je m’en suis brûlé les doigts j’ai encore un peu mal

Il y avait un géant figé et des ombres autour de moi Je dois retourner là-bas sinon je deviens fou et c’est la vérité

Touda (illustration) & Walden (texte)

Complainte sacrificielle

Pauvre bête cacochyme
hurlant la sourde plainte de désirs pétrifiés.
Rampe donc, avale le jargon ordurier
qui te brûle abject la gorge infirme.

Laisse s’enfuir ces délices liquoreux,
incapables d’incendier les passions souffreteuses,
et observe, attentif, les mites s’empiffrer
de tes restes sacrifiés, de tes espoirs décharnés.

Il eut suffi d’un mot
Parole muette des ombres cruelles
Il eut suffi d’un seul mot
pour que de la putain tu acceptes le scalpel…

KV

Des secrets

Des secrets enneigés.
Des secrets enterrés.
Ils poussent à la surface des tas de terre, poussent les mauvaises herbes, délassent les nœuds arboricoles.
Ces nœuds épais, âgés, poisseux tenaient, s’agrippaient, là.
Ils passaient des journées entières, au soleil, puisant leur force dans l’avenir incertain d’une passiflore.
Des secrets torturés.
Des secrets patentés poussent à la surface de chemins tortueux.
Ils s’insinuent entre les galets amassés là, entre les roseaux alignés, entre les joies colorées de cette passionnée.
Ils poussent à la surface, une fleur enrouée, entartrée, enjouée à une maturation précoce.
Ils poussent des pétales à la métamorphose du temps : un fruit est né

Océane Dz

Le projet s’étoffe !

Salut à toi, lectelogo mars 2015ur anonyme !

On t’invite à rejoindre notre belle page Facebook toute neuve !

C’est l’occasion de venir discuter, nous contacter plus facilement pour nous proposer des projets fous, et suivre nos actualités de plus près.

Allez viens… viens, on est bien ! c’est par ici !

Elle t’habite, tu l’abrites

Elle surgit de nouveau.
Tu la sens te limer les entrailles :
Tout doucement, insidieusement.
Cette petite sensation amère qui fait trop souvent partie de toi.
Gloussements moqueurs.

Un ciel pour tes yeux désabusés
Un soupir pour tes pensées gangrenées
Le craquement de tes articulations élimées

Elle t’habite, tu l’abrites.
L’habitude de l’incertitude.

MJ

Joyeux anniversaire

Joyeux anniversaire aux oubliés du calendrier

Joyeuse Saint Valentin crient les uns,
Fête des amoureux profondément méprisée par les célibataires,
Joyeux anniversaire à toi,
Que l’on a oublié au profit d’une fête à laquelle peut-être
Tu ne participes mêmes pas
Joyeux Noël,
Fête chrétienne approuvée par notre calendrier,
Joyeux anniversaire à toi,
Que tout le monde oublie,
Parce qu’aujourd’hui tout le monde s’offre des cadeaux,
Alors anniversaire ou pas chacun se prend pour le roi,
Joyeuse Pâques,
Lapin, chocolats et poules se confondent
En excuses chocolatés, tout le monde t’oubliera,
Joyeux 11 septembre crient les autres,
Joyeux anniversaire à toi que l’on a oublié depuis des années
Au profit des attentats
Un peu attristé tu réalise que toi aussi cette année
Tu es née un jour d’attentat
Sur ton agenda,
Sur tes papiers d’identité,
Sur ton permis de conduire,
Sur ton passeport,
Sur ta carte étudiante,
Il est écrit partout
Que tu es née le 7 Janvier.

MB

À la fin

Quand le goût de nos bouches sera cendre et poussière
Nos os seront craquement et fétus qui s’enflamment
Nos paupières seront rocs et nous pleureront du sable

Et nos cœurs seront secs et vieux et racornis
Par les feux éclatants de trois milles soleils
Et nos pieds seront nus et nos ombres nombreuses

Nous piègerons le vent à l’aide de grands filets
Capturerons le silence en tendant des micros
Et attraperons l’eau avec nos mains percées

Nous serons alors fous sans plus grand-chose à perdre
Nous chanterons bien haut pour nos cités tombées
Et lèverons nos verres à la fin du réel

Walden